PROCHAINE RÉUNION PUBLIQUE SUR LINKY

"Linky, CPL et Filtres et autres solutions" vendredi 23 octobre 2020 de la Mairie, Plazac, 18h30 salle des fêtes, avec Cécile Courtat et Daniel MATHIEU

ANNULÉE EN RAISON DES CONTRAINTES COVID-19

jeudi 8 avril 2021

OÙ EN EST LE RECOURS COLLECTIF ANTI LINKY 24-33-47 ?

 



Lancée en mai 2018, l'inscription à un recours judiciaire de trois collectifs anti-Linky de Dordogne (24), du Lot-et-Garonne (47) et de Gironde (33), visait à regrouper quelques 200 plaignants refusant la pose chez eux d'un compteur communicant Linky installé par Enedis.

voir notre article précédent du 04/03/2018 :

https://collectifcompteurscommunicants24.blogspot.com/2018/03/inscription-au-recours-collectif-24.html


Il s'agissait initialement d'un recours par voie de référé (recours en urgence auprès d'un juge de référé) devant le Tribunal de Grande instance d'Aquitaine, à Bordeaux afin qu'il soit déposé pour l'automne 2018. Mais deux choses ont modifié la nature du recours : d'abord, d'autres recours en référé à l'époque ont été rejetés par les tribunaux, notamment en Aquitaine sud, jugeant la question non urgente pour retenir la compétence du tribunal; ensuite, le nombre de plaignants refusant Linky dépassait toute attente.


Il nous a fallu, de concert avec l'avocat retenu par les collectifs 24-33-47, Me Jean-Pierre Joseph du Barreau de Grenoble, convertir le recours en une procédure sur le fond visant à procéder sans référé directement à un procès. Cela évitait la possibilité que la procédure soit jugée non urgente.


Ensuite, compte tenu du fait que cela retarderait de quelques mois le dépôt du recours, la période d'inscription est restée ouverte plus longtemps ; jusqu'en septembre pour la Dordogne, jusqu'en décembre pour le Lot-et-Garonne et jusqu'au début janvier 2019 en Gironde (où étaient traités les dossiers). Ainsi de 200 plaignants escomptés, nous sommes passés à plus de 600 pour les trois départements concernés.


Nous avons affiché l'avis suivant à la fin de notre article du 4 février 2019 en guise de mise à jour :

De notre côté, les collectifs anti Linky d'Aquitaine Nord (Gironde, Dordogne et Lot et Garonne) rencontraient Me J.P. Joseph mardi 5 février 2019 pour lancer le dépôt de la même procédure contre Enedis Mérignac de la part de plus de 610 plaignants (317 hommes et 293 femmes) dont 171 personnes soit EHS soit avec des problèmes de santé.


Voir ici :

https://collectifcompteurscommunicants24.blogspot.com/2019/02/recours-judiciaire-collectif-anti-linky.html

Bien que les coordinateurs des trois collectifs (Isabelle pour 33, Françoise pour 47 et Daniel Luc pour 24) travaillaient ensemble dès le début de ce projet, Isabelle est devenue la seule interlocutrice avec notre avocat. Cela facilitait au début les choses mais la coordinatrice du 33 a décidé de prendre seule le dossier en main : gestion des formulaires d'inscription, gestion des dossiers des plaignants, classement et révision des dossiers, révision et commentaires des projets de procédures (documents du recours); et de révision en révision, travaillant seule et refusant toute aide et toute assistance de la part des autres coordinateurs, les délais ont commencé à s'accumuler, cela avec la bénédiction de l'avocat.


Les dossiers ont été complétés une fois les inscriptions closes et remis à l'avocat avec le paiement de ses honoraires pour procéder à la rédaction de l'acte de procédure et au dépôt du recours; nous étions alors au premier trimestre de 2019. Un premier, puis un second projet d'acte de procédure a circulé, ouvert aux commentaires et input de tous. Toutefois, la coordinatrice du 33 s'est accaparée le processus de révision, rédaction, commentaire de l'acte et plus aucun projet n'a circulé depuis. Validé par Me Joseph, les autres coordinateurs ont été exclus du processus.

En janvier 2020, les procédures devaient être prêtes à déposer. Mais Isabelle voulait les mettre à jour et les compléter. Travaillant toujours seule, les retards se sont de nouveau accumulés.


En janvier 2021, les coordinateurs du 47 et 24 ont fait pression sur Me Joseph afin que la procédure soit enfin déposée, malgré le silence de la coordinatrice du 33. Me Lemee, avocat correspondant au Barreau de Bordeaux, a été retenu sur Bordeaux afin d'agir comme agent et représentant de Me Joseph qui n'est pas habilité à déposer auprès du Tribunal de Grande instance de Bordeaux. L'agent a été choisi après l'obtention de plusieurs devis par le coordinateur du 24 et c'est l'avocat contacté initialement par la coordinatrice du 33 qui a été retenu compte tenu de son tarif avantageux. Ce dernier a convenu de communiquer avec le greffe du tribunal de Bordeaux pour vérifier la procédure pour le dépôt d'un recours collectif comptant 600 plaignants, car cette procédure affecterait les honoraires en conséquence. Et puis plus rien...

Les semaines passant et n'obtenant aucune nouvelle des deux avocats, Me Joseph a été pressé de fournir des explications, que voici, par son courriel daté du 31 mars 2021 :


De: Joseph jean-pierre 
Objet: Rép : Fwd: Postulant pour recours collectif anti Linly
Date: 31 mars 2021 à 11:35:33 UTC+2
À: Daniel Luc Mathieu
Cc: Françoise Lenoble, dossier.refus.compteur.linky@laposte.net

Bonjour,

Je vais tenter de répondre à vos questions légitimes :

J'ai été contacté il y a maintenant longtemps par Isabelle qui m'a demandé de préparer une assignation au fond (et non en référé). Au départ j'ai reçu une liste d'environ 200 personnes. J'ai donc commencé à travailler et établi un 1er projet. Nous avons au départ envisagé la possibilité de 4 listes : 

1- Ceux qui n'avaient pas encore le compteur et étaient (encore) en bonne santé
2- Ceux qui n'avaient pas encore le compteur et étaient atteints de diverses pathologies
3- Ceux qui avaient déjà le compteur et qui étaient (encore) en bonne santé
4- Ceux qui avaient déjà le compteur et n'étaient pas en bonne santé.

Puis, au fil de la réflexion, et de dizaines d'heures de conversations téléphoniques, et même d'une entrevue à Bordeaux lors d'un procès que j'avais à la Cour d'Assises, nous avons décidé de ne faire que 2 listes :

1- Ceux qui n'avaient pas encore le compteur (les plus nombreux)
2- Ceux qui l'avaient déjà.

J'ai donc modifié mon projet en ce sens. Mais j'ai gardé à l'intérieur de chaque assignation, une séparation entre les personnes en bonne santé, et celles souffrant de diverses pathologies.

Entre temps, est arrivée une 2ème liste d'environ 200 personnes, qu'il a fallu fusionner avec la 1ère, étant précisé que j'entendais faire la même séparation entre les personnes en bonne santé, et celles souffrant de diverses pathologies.

Lors d'un congrès auquel je participais à Saintes, Françoise m'a amené l'ensemble des dossiers : Il y avait une 3ème liste. J'ai donc du de nouveau fusionner les 3 listes, aboutissant à environ 600 personnes.

Je ne compte plus le nombre de soirées et de w.e. à faire tout cela.

Au regard des décisions rendues en France par les Tribunaux, nous avons constaté que ceux ci n'étaient sensibles qu'au problème des E.H.S. et rejetaient tous les autres arguments : risques d'incendies, atteinte aux libertés, violation de la propriété, etc...

Il fallait donc trouver des preuves plus solides de ce que nous avancions.

Isabelle m'a alors indiqué qu'elle allait s'atteler à ce problème, et au fil des mois, a trouvé toute une série d'éléments techniques démontrant l'atteinte aux libertés, l'atteinte à la propriété,  etc...

Elle a alors repris  mon projet pour en faire une rédaction modifiée. Il comportait des données techniques et des croquis que je ne possédais pas.  Je fus admiratif devant toutes ces informations. 

Toutefois j'ai remis en forme ce projet, afin de le présenter de manière conforme aux assignations et aux formules juridiques devant les tribunaux. Je m'estimais prêt.

Mais, sur cette nouvelle rédaction, elle m'a alors indiqué avoir trouvé de nouveaux éléments techniques extrêmement intéressants qui, selon elle, nous feraient emporter la victoire. Elle m'a alors indiqué qu'elle reprenait l'assignation, en faisant une assignation unique où figureraient les 600 personnes. J'ai donc de nouveau, en préparation, fusionné les 2 listes, mais en maintenant la distinction entre les personnes en bonne santé et celles qui ne l'étaient pas.

Je crois qu'Isabelle a connu des problèmes de santé qui ont beaucoup ralenti ses recherches. Au mois de décembre dernier, je lui ai envoyé la liste des 195 pièces que je comptais produire, ainsi que la liste de l'ensemble des demandeurs en ma possession. 

Courant janvier, elle m'a indiqué retravailler l'assignation en fonction de nouvelles pièces qu'elle avait réussi à obtenir, et démontrant la justesse de nos demandes. Elle m'a fait observer que la liste des demandeurs n'était plus à jour, et m'a affirmé qu'elle m'enverrait :

1- La version définitive de l'assignation
2- La liste totale des pièces, car j'ignore un certain nombre d'entre elles.

Actuellement je dialogue à peu près chaque semaine avec elle. 

J'indique que :

1- Au départ j'ai été mandaté par elle,

2- Tous les demandeurs sont représentés par 3 personnes : Isabelle, Françoise, et vous même. Aussi, toute décision ne pourra être prise qu'avec l'accord des 3. 
Il me manque actuellement la liste réactualisée des demandeurs, et un certain nombre de pièces que je n'ai pas reçues.

3- Isabelle a accompli un travail énorme de collecte d'informations et d'arguments techniques. Je comprends l'impatience de tous. Je partage votre impatience, face à un dossier énorme dans lequel je me replonge régulièrement, mais :

4- Je ne peux pas "shunter" Isabelle, et faire partir le dernier projet que j'avais établi il y a quelques mois, d'abord car : 
    -j'ai été mandaté par elle au départ, 
    -Cela nous priverait certainement d'une série d'arguments et de preuves, ce qui serait dommage.
    -Il faut de toutes manières l'accord de vous 3 pour lancer l'opération.

5- Le temps travaille pour nous. Lors d'un procès à Paris concernant la 5G, j'ai pu recueillir de nouveaux éléments montrant la nocivité des ondes. Les preuves se révèlent au fils des mois. Ce  "temps perdu" n'a peut être été du temps perdu. J'attends aujourd'hui qu'Isabelle me renvoie le fruit de son énorme travail. Elle m'a assuré qu'il n'y aurait rien à retoucher et que tout serait prêt. Effectivement, dès que j'aurai ces éléments en mains, je les transmettrai immédiatement à Me LEMEE.

Restant à votre disposition,

Meilleurs sentiments

J.P. JOSEPH 

Nous en sommes donc là, à la merci du bon vouloir de la coordinatrice du 33 et de Me Joseph. N'ayant pu obtenir à ce jour copie de l'acte de procédure en préparation, nous espérons qu'il demeure conforme à notre intention initiale, c'est-à-dire de demander au tribunal de confirmer le droit de refuser le Linky par tout abonné, qu'il ou elle soit électrohypersensible ou pas.

Compte-tenu que le tribunal d'appel de Bordeaux dans sa décision de novembre 2020 confirmait la décision antérieure rendue par le juge des référés donnant raisons à 13 personnes EHS de Nouvelle Aquitaine contre Enedis et confirmant l'absence d'obligation légale d'accepter un Linky, mais hélas ! ne faisant pas suivre cette déclaration d'un effet juridique pour les personnes non EHS, il est maintenant opportun de faire trancher définitivement cette question par le tribunal de Grande instance.

mercredi 20 janvier 2021

LINKY condamné par la Cour d'appel de Bordeaux

 


La cour d’appel de Bordeaux condamne le Linky

 

L’affaire est assez rare pour être relayée. La Cour d’appel de Bordeaux reconnaît le dommage causé par les rayonnements des compteurs Linky posés par Enedis. Les victimes sont donc reconnues, et en contestant l’obligation d’installer le compteur électrique intelligent, tous les consommateurs bénéficient de l’ordonnance du tribunal.

 

Le 17 novembre 2020 sera-t-il une date à graver dans le marbre pour les anti-Linky ? C‘est à cette date que la Cour d’appel de Bordeaux a rendu une ordonnance où elle reconnaît le dommage imminent de 13 personnes exposées aux rayonnements causés par le compteur électrique intelligent, autrement connu sous le nom de Linky. La cour condamne la société Enedis à protéger les plaignants, victimes d’électrohypersensibilité sous peine d’astreinte de 500 euros par jour et par compteur. La cour reconnaît ainsi la démonstration visant à avérer que les plaignants subissent des troubles causés par l'exposition à des champs provoqués par le courant porteur en ligne (CPL). C’est pour cette innovation que le Linky est considéré comme « intelligent » et qu’il communique les données qu’il a recueillies.

La cour a donc décidé de condamner la société Enedis à protéger les clients par des dispositifs de filtre les mettant à l’abri des champs magnétiques générés par la bande CPL. Et leurs avocats, dont Me Arnaud Durand, de se féliciter de cette décision qui confirme que « les victimes avaient raison d’agir contre le Linky d’Enedis, et ce, sur le terrain de la santé, là où presque tout le monde croyait l’affaire perdue d’avance ».

 

Une obligation pas du tout obligatoire


Il est peu de dire qu’Enedis a vécu un moment assez désagréable. La cour d’appel de Bordeaux a tout d’abord contesté le caractère obligatoire de l’installation des compteurs Linky. D’une, la cour a rappelé après l’avoir constaté qu’aucun texte légal ou réglementaire n’impose à Enedis d’installer au domicile des particulier des compteurs Linky. En outre, Enedis n’est qu’une société commerciale privée, certes concessionnaire du service public, mais qui ne jouit d’aucune autorité.

Autre point, soulevé par la cour d’appel. Elle reconnaît une fonction illicite au Linky qui permet à Enedis de visualiser le démarrage ou l’arrêt de certaines installations, comme un lave-linge ou un lave-vaisselle. Cette fonction a été qualifiée par la cour comme intrusive. Une fonction confirmée par une thèse réalisée dans le cadre d’un contrat avec le service de recherche et développement de Linky. En effet, cette thèse affirme que « les caractéristiques de la consommation électrique d’un appareil pendant le court instant qui suit sa mise sous tension peuvent être utilisées à l’identification de l’appareil. (…) ». On peut donc considérer ici que la société Enedis a failli à son obligation d’information telle que définie par les dispositions légales de l’article L.111-1 du code de la consommation.

Si les plaignants non-victimes des ondes n’ont pas vu leurs demandes traitées, au stade d’un référé, ils sont toutefois décidés à se pourvoir en cassation, car comme la cour d’appel reconnaît de réelles violations, à la fois elle n’en tire visiblement pas toutes les conséquences.


Jean-Baptiste Talmont


Alternative Santé, janvier 2021, n°86

source :

https://www.alternativesante.fr/

Comment décrire en 5 points le « Livre Noir des Ondes ».

  1. Il s'agit d'un livre unique car il témoigne d'une expertise collective sous obédience internationale.
  2. C'est la première fois qu'on démontre de façon scientifique que les champs électromagnétiques, en particulier les radiofréquences sont dangereux pour la santé et l'environnement.
  3. Il en résulte que le développement de la 5G s'annonce comme une catastrophe sanitaire et environnementale.
  4. En outre les champs électromagnétiques dépriment l'immunité, et donc favorise la prolifération et la mutation des virus. Ils pourraient intervenir dans la propagation de la pandémie actuelle.
  5. Les personnes intolérantes aux champs électromagnétiques, en particulier les électrohypersensibles, y trouveront les moyens de se soigner, de se protéger et de se défendre au plan juridique.







LE LIVRE NOIR DES ONDES 
Sous la direction du Pr. Dominique BELPOMME 
Les dangers des technologies sans fil et comment s’en protéger 
Un guide pour tous 
Editions Marco Pietteur 
Parution janvier 2021

"Cette expertise scientifique collective validée au plan international met fin aux controverses qui ébranlent nos sociétés sur la dangerosité des ondes électromagnétiques. 

Tout d’abord, elle s’adresse à tous, en premier lieu aux malades, c’est-à-dire ceux atteints d’électrohypersensibilité, ou encore de cancer, de maladie d’Alzheimer, de maladies du système nerveux ou du cœur, ou même d’infertilité, pour lesquels un effet nocif des ondes électromagnétiques a été mis en évidence, afin qu’ils prennent les précautions nécessaires ; mais elle s’adresse aussi aux bien-portants pour qu’ils se protègent et protègent leurs enfants et petits-enfants des impacts des ondes issues des téléphones portables, DECT, Wifi, ... et de la 5G ! 

Ensuite parce qu’émanant de médecins et de scientifiques reconnus dans le monde pour la qualité de leurs recherches, et réalisée en se basant sur les critères de causalité préconisés par l’OMS, cette expertise apporte pour la première fois la preuve que nombre de nos maladies et problèmes de santé sont bien en partie causés par les ondes qui nous entourent, et que celles-ci altèrent la faune et la flore de notre environnement, contribuant ainsi à une perte de biodiversité irrémédiable. 

En cas d’exposition chronique, ces ondes sont aussi responsables de déficits immunitaires, pouvant causer la propagation des virus et leurs mutations, tant chez les animaux que chez l’homme, et ainsi pourraient avoir été l’une des causes initiale de la pandémie de Covid-19 en Chine à Wuhan en raison du développement de la 5G. Si tel était le cas, la maîtrise de cette pandémie et des autres à venir deviendrait extrêmement problématique. 

Enfin, dernier point, loin de fustiger le progrès dans son ensemble, lorsqu’il est réellement utile au bien commun et donc aux peuples, ce livre offre des solutions aux plans sanitaire et environnemental, des informations aux médecins et professionnels de santé pour prendre en charge les malades, comme des arguments aux juristes pour plaider contre ce qui constitue aujourd’hui un véritable crime de santé publique : le développement imposé de la 5G et le manque de reconnaissance de ses conséquences extrêmement graves. 

Au total, fruit de l’analyse objective de plusieurs milliers d’articles scientifiques, ce livre est un guide à l’usage de tous pour se soigner, se protéger et se défendre dans un contexte de dénigrement et de tromperie généralisée."
 

Les auteurs : 
Dominique Belpomme, Professeur de cancérologie au Centre Hospitalier Universitaire Necker-Enfants malades 
Olivier Cachard, Avocat à la Cour, Professeur agrégé des facultés de Droit 
Philippe Irigaray, Docteur ès Sciences en Biochimie 
François Lafforgue, Avocat au Barreau de Paris et Docteur en droit 
Gérard Ledoigt, Professeur émérite de Biologie à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand 
Pierre Le Ruz, Docteur d’État en physiologie 
André Vander Vorst, Physicien, professeur émérite à l’Université catholique de Louvain (Belgique) 

Pour en savoir plus et lire des extraits : 
https://lelivrenoirdesondes.fr/  

(Robin des Toits - 12/01/2021)

sources :

samedi 19 décembre 2020

Haut conseil pour le climat 2020 : La 5G nuit gravement au climat

Communiqué de presse - Paris, le 19 décembre 2020
 
 
 
RAPPORT DU HAUT CONSEIL POUR LE CLIMAT
C'EST CONFIRME : LA 5G NUIT GRAVEMENT AU CLIMAT 
 
 
 
Confirmant les inquiétudes des associations qui n'ont eu de cesse de réclamer une évaluation environnementale et sanitaire avant tout déploiement de la 5G, le Haut Conseil pour le Climat vient de rendre public un rapport mettant en évidence l'impact significatif de la 5ème génération de téléphonie mobile sur nos émissions de gaz à effet de serre.
 
Un déploiement de la 5G sur tout le territoire se traduirait par une augmentation des émissions hexagonales de CO2 de 6,7 millions de tonnes de CO2, soit dix fois les émissions de gaz à effet de serre de l'ensemble de l'éclairage publique ou près d'une fois et demie les émissions de gaz à effet de serre du transport intérieur aérien !
Selon le Haut Conseil pour le Climat, la consommation électrique supplémentaire avoisinerait 17 à 40 TWh d'ici 2030, soit la production de 3 à 7 réacteurs nucléaires.
 
Pour Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'Environnement, ce rapport du Haut Conseil pour le Climat vient mettre un terme définitif aux faux débat entretenus par les opérateurs et le ministre à la transition numérique sur l'intérêt supposé de la 5G en matière de lutte contre le changement climatique.
 
Pour Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM, ce rapport du HCC confirme les hypothèses les plus pessimistes quant aux effets climaticides de la 5G. Il conforte le recours intenté par nos associations auprès du Conseil d'Etat, dont l'audience au fond s'est tenue hier, durant laquelle le rapporteur public est allé dans le sens des associations en proposant qu'une question préjuditielle soit posée à la Cour de Justice de l'Union Européenne.

A l'heure où le chef de l'Etat souhaite un référendum pour inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution, et tandis que le Conseil d'Etat a donné trois mois au gouvernement pour justifier de son action en faveur du climat, il serait inconcevable que le gouvernement ne revienne pas sur sa décision d'attribuer les fréquences 5G. Il en va de la crédibilité de la parole du chef de l'Etat.
 
 
 
CONTACTS PRESSE
Agir pour l'Environnement - 01 40 31 02 37
PRIARTEM - 01 42 47 81 54

mercredi 4 novembre 2020

LA 5G ET LA SANTÉ

The Invisible Rainbow d’Arthur Firstenberg : « une histoire de l’électricité et de la vie » Chelsa Green Publishing, White River Junction, Vermont, London, UK 2017, 2020 ; 565 pages (anglais seulement)



Chap. 17 : AU PAYS DES AVEUGLES (p. 367)

Extraits :

Et qu’en est-il de la 5G, c’est-à-dire de la cinquième génération de technologie de communication sans fil ? Il est prévu qu’un trillion d’antennes se parleront bientôt entre elles, dépassant par sept fois le nombre d’habitants sur terre ! (p. 386)

Lorsque la première petite flotte de 28 satellites militaires fut lancée en orbite en 1968, cela inaugura la pandémie mondiale d’influenza. (p. 390)

En 1998, le lancement de la constellation de 66 satellites nommée Iridium inaugura le premier service de téléphonie cellulaire, ce qui vida le ciel de tout oiseau durant deux semaines, des milliers de pigeons voyageurs disparurent et le taux de mortalité humaine augmenta entre 4 et 5% mondialement sur ces mêmes deux semaines.(p. 387)

Le 28 février 2000, Globalstar annonçait le lancement de 48 satellites de communication pour les USA et le Canada et dans les semaines qui suivirent, la population américaine déclara d’innombrables symptômes et malaises.(p. 388)

In 2017, pas moins d’un millier de satellites artificiels de tous types orbitaient autour de la terre. Par la fin de 2019, ce nombre avait doublé. En 2020, une dizaine de compagnies de communication en concurrence ont annoncé le lancement d’entre 500 à 42 000 satellites chacunes. Parmi elles, Google, Facebook et Amazon, SpaceX, OneWeb. Par exemple, SpaceX, qui a fait la demande de lancement de 42 000 satellites aux USA, par lots de 60 à la fois, en activait 420 en février 2020. OneWeb, dont la demande compte 5,260 satellites, les lançant par lots de 30, a commencé en janvier 2020, atteignant une couverture planétaire avec 650 satellites par 2021.Telesat (Canada) lancera 512 satellites en 2021 pour atteindre un service mondial en 2022. Amazon en prévoit 3,236, Facebook et Lynk, détenant une licence provisoire, entendent en lancer « plusieurs milliers » d’ici 2023 afin de convertir chaque téléphone cellulaire en téléphone satellique.(p. 389-390)


Alors, lorsqu’on demande aux experts de la santé quel serait le niveau d’exposition minimum sécuritaire pour la santé et la vie sur terre, leur réponse est : zéro ! Ils/elles sont des milliers à travers tous les pays du globe à revendiquer un moratoire sur le déploiement des rayonnements électromagnétiques et qui crient que nous avons un problème de santé publique qui date déjà de deux siècles et qu’il est temps d’y faire face les yeux grands ouverts. (p. 391-392)

Le livre compte 159 pages de références des études scientifiques à l’appui.

dimanche 1 novembre 2020

LE DANGER DE L'ÉLECTRICITÉ POUR LA SANTÉ

The Invisible Rainbow d’Arthur Firstenberg : « une histoire de l’électricité et de la vie » Chelsa Green Publishing, White River Junction, Vermont, London, UK 2017, 2020 ; 565 pages (anglais seulement)

 Ce livre est fascinant en expliquant l'histoire de l'électrification de notre société, les pandémies et crises sanitaires qui l'ont accompagnée et les recherches scientifiques la reliant à la santé humaine et à l'émergence des nouvelles maladies : cancers, troubles cardiaques, obésité, diabète, maladies des organes et du cerveau...

Je présente ici un sommaire et des extraits concernant l'origine de l'électrohypersensibilité et de l'hypersensibilité chimique. Avis aux intéressé.es !


Chap. 10 : Porphyrines et la base de la Vie (p. 133)

Sommaire du chapitre :

Dans toute transformation d'énergie dans le domaine biologique, les porphyrines [pigments formés de quatre molécules de pyrrole] sont impliquées. Si nos nerfs peuvent fournir leur office, c'est grâce entre autre aux porphyrines qui sont impliquées dans le fonctionnement de nos cellules. Ce sont des molécules spéciales qui sont l'interface entre l'oxygène et la vie. Ces molécules sont hautement réactives et elles interagissent avec les métaux toxiques ou les éléments synthétiques issus du pétrole, les champs électromagnétiques, qui, s'ils sont en excès, provoquent la porphyra, une sensibilité́ environnementale plutôt qu'une maladie. 

Les recherches du Dr William E. Morton démontrèrent que les personnes atteintes de sensibilité́ chimique multiples (MCS) sont également à 90% déficientes en l'une ou l'autre formes d'enzymes porphyriques, de même que pour les personnes électro hypersensibles, ce qui signifie que les deux formes de sensibilités ne sont que des manifestations différentes d'une même cause. La porphyrie découverte en 1891 affecte environ 10% de la population moderne et son apparition est concomitante avec l'électrification générale de l'Occident dès 1889. 

Les porphyrines sont centrales dans le smog électronique non pas seulement à cause de l'EHS, la MCS ou la porphyrie, mais également en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, du fait qu'elles sont impliquées dans une multitude de processus énergétiques biologiques. 

Le biologiste Allan Frey ainsi que Wlodzimierz Sedlak démontrèrent dans les années 1960 que nos organismes ont bien une composante bioélectronique et que certaines de nos cellules se comportent tantôt comme des conducteurs, ou des capacitances, ou des semi-conducteurs (transistors) comme les composants que nous trouvons dans nos appareillages électroniques. Ainsi, il en va de la myéline –gaine de nos nerfs–, qui contient de la porphyrine intriquée avec du zinc. Si des poisons environnementaux comme les produits chimiques ou métaux toxiques affectent cet équilibre, la gaine est altérée, ce qui change l'excitabilité́ des nerfs qu'elle entoure. Le système nerveux entier devient alors hyper réactif au stimulus de toutes natures, comme les champs électromagnétiques. Le système entre dans un état d'instabilité́ divergente, l'effet devenant la cause. 

Contrairement à la conception que les mitochondries sont les éléments de nos cellules produisant l'énergie, l'idée que la gaine de myéline est une mitochondrie géante voit le jour. 

La connexion entre porphyrie et zinc a été́ découverte dans les années 1950 par Henry Peters à laMedical School du Wisconsin. Les patients souffrant de porphyrie et de symptômes neurologiques excrétaient beaucoup de zinc dans l’urine, ainsi il lui vint à l'idée qu'une chélation du zinc pourrait améliorer leur état. Il constata une amélioration, malgré́ l'idée répandue qu'une carence en zinc est liée aux troubles cités. De même, certaines expériences montrent que la chélation du zinc améliore la condition d'Alzheimer. Une équipe médicale australienne démontra par autopsie que les cerveaux de sujets atteints d'Alzheimer contenaient deux fois plus de zinc que ceux de patients sains. 

Extraits :

Les porphyrines sont des molécules que l’on retrouve dans l’enveloppe de myéline des nerfs ; ce fut le docteur Robert O. Becker qui, en 1970, découvrait que l’enveloppe de myéline était en fait un réseau de transmission électrique. Cette enveloppe est constituée de deux types de porphyrines : coprophyrine III et protoprophyrine, cela dans un rapport de deux pour un, complémenté de zinc. Hors de cet équilibre, la conductivité de l’enveloppe de myéline est déréglée et modifie l’excitabilité des nerfs qu’elle entoure. L’ensemble du système nerveux devient hyper actif à toutes sortes de stimuli, incluant les champs électromagnétiques. (p. 147)

Harvey Solomon et Frank Figge en 1958 ont découvert que l’enveloppe de myéline est constituée de liquide cristallin à base de porphyrine conductrice d’électricité, gorgé d’atomes de métaux lourds, vraisemblablement du zinc. Cela est spécialement important pour les personnes électro hypersensibles et sensibles à leur environnement chimique. Ces personnes ont génétiquement moins d’un ou plusieurs enzymes de porphyrine et donc un rapport plus élevé en zinc, ce qui les rend plus sensibles que d’autres aux champs EM environnants. Les produits chimiques toxiques et les champs EM deviennent des irritants : s’y exposer aggrave le déséquilibre de porphyrine, ce qui rend l’enveloppe de myéline beaucoup plus sensible à leur environnement toxique. Un excès de porphyrine empêche la synthèse des précurseurs de myéline et dissous l’enveloppe de myéline, laissant les neurones qu’elle protège à nu et exposés. (p. 152)

Il est de notoriété que le cerveau consomme plus d’oxygène que n’importe quel autre organe, et que si une personne arrête de respirer le cerveau sera le premier à mourir. Il fut découvert en 2009 (Université de Genova, Italie) que jusqu’à 90% de l’oxygène du cerveau est consommé, non pas par les mitochondries des cellules nerveuses du cerveau, mais par l’enveloppe de myéline qui les entoure (dépourvue de mitochondrie mais formée de non-heme[1] porphyrines semi conductrice). Pour certains, l’enveloppe de myéline agirait comme une mitochondrie géante ce qui expliquerait l’énorme besoin en oxygène de nos fonctions cérébrales. En fait, c’est la combinaison des fonctions des cellules nerveuses et de leur enveloppe de myéline qui constituerait un ensemble complexe de lignes de transmission électrique cérébrale.

L’extrême sensibilité de notre système nerveux aux champs EM a été démontrée en 1956 par les zoologistes Carlo Terzuolo et Theodore Bullock expérimentant avec des crevettes ; un courant électrique aussi faible que 150 millionièmes d’un ampère suffisait pour affecter les nerfs de ces animaux, soit un niveau des milliers de fois moindre que les normes actuelles de santé n’établissent. (p. 153)

Le zinc et la porphyrine : les patients atteints de porphyrie, et donc ayant les symptômes associés, rejettent un très grand volume de zinc dans leur urine, jusqu’à 36 fois la normale. La chélation fut testée afin de réduire l’excrétion du zinc, et cela a fonctionné. Traités avec BAL ou EDTA[2], le niveau de zinc dans leur urine redevint normal, la porphyrie disparaissant, sans symptômes sur plusieurs années. Ces patients (représentant 10% de la population) étaient en fait intoxiqués par le maintien d’un niveau normal de zinc. Aujourd’hui l’intoxication au zinc est omniprésente par les produits chimiques mais aussi par la poussière générée par l’usure des pneus automobiles en contenant et qui pollue l’air, l’eau, les rivières et les sols. La thérapie par chélation réduit efficacement le niveau de zinc et améliore les capacités intellectuelles des patients d’Alzeimer (les autopsies démontrant une forte concentration de zinc dans le cerveau des patients atteints de démence). Le recours aux tests sanguins pour déterminer le niveau de zinc dans le sang n’est pas représentatif de la réalité et n’identifie pas une surcharge de zinc au niveau du cerveau même si le zinc sanguin reste bas. Dans des cas de cancer et de diabète, le zinc sanguin reste bas alors que le zinc d’urine est élevé. Cela parce que ce sont les reins qui déchargent le sang d’un excès de zinc. Alors que le niveau recommandé de zinc pour adulte male est de 11 milligrammes par jour, un niveau aussi bas que 1.4 milligramme par jour s’avère suffisant pour maintenir l’homéostasie et un taux normal de zinc dans le sang et les tissus. Mais un taux au delà de 20 milligrammes peut engendrer une intoxication long terme. (p. 155-156)

Étude sur les salamandres : En passant un courant électrique de seulement 30 millionièmes d’un ampère du devant à l’arrière du centre de sa tête, l’animal perd immédiatement conscience et ne répond plus à la douleur. Lorsqu’on éteint le courant, l’animal se réveille de suite. La même polarité avant-arrière existe chez les humains et son inversion produit le même effet d’inconscience et d’anesthésie. (p. 149-150)

Le canari dans la mine : les champs électromagnétiques interfèrent avec le rôle essentiel du heme, c’est-à-dire permettre la combustion de notre nourriture grâce à l’oxygène afin de permettre les fonctions de respiration et de chimie vitales. Les CEM réduisent l’activité des cytochromes en affectant la vitesse des électrons transportés par la chaine de cytochromes vers l’oxygène. Les cinq à dix pourcent de la population qui ont un taux faible d’enzymes porphyrines agissent comme des canaris dans la mine, et leur chant nous avertit d’un danger que l’ensemble de la population semble ignorer (et ne ressent pas). (p. 156-157)

Préparé à partir du résumé informatif en français réalisé par Sosthène Berger, Dipl-Ing, avec mes ajouts.

 



[1] Substance biologique dont la composition relève d’un mélange de fer et de porphyrine, que l’on retrouve principalement dans l’hémoglobine, et ayant pour rôle le transport des gaz du sang.

[2] L’acide éthylènediaminetétraacétique est un acide diaminotétracarboxylique  employé d’une part pour le titrage de TH et d’autre part comme chélateur du fer.

vendredi 23 octobre 2020

5G MON AMOUR : Commentaires

Commentaire du livre « 5G mon amour » de Nicolas Bérard, journaliste scientifique auteur du livre « Sexy, Linky ? »

 




Avant d’aborder la question des ondes 5G et de la santé, l’auteur expose les liens étroits entre nos dirigeants et les grandes industries des télécommunications, les lobbyistes de l’industrie qui tirent les ficelles du pouvoir à l’Elysée et à Bruxelles, l’emprise sur les grands média, les règles du dénigrement des dangers potentiels du déploiement de la 5G, le tout pour défendre et accroître leurs intérêts pécuniaires au mépris de tous les enjeux d’ordre sanitaire, social et écologique. Et les institutions réglementaires ? Elles sont sous l’emprise des représentants des entreprises qu’elles devraient policer et n’élaborent des normes qui servent uniquement à protéger l’industrie, puisque pour la plupart, ces normes émanent des industriels eux-mêmes. Dans un tel système, les jeux sont pipés d’avance et rien ne semblerait pouvoir les arrêter dans leur lancée.

 

Lorsqu’il y avait 8 antennes pour la 2G, 3G et 4G réunies, on en promet 64 pour la seule 5G. Et cela dans un premier temps, car les opérateurs prévoient ensuite, du moins en milieu urbain, d’en installer 256 ! … à tous les coins de rue… tous les 100 mètres. (p. 169)

 

Sur le même pylône se trouvent des antennes 2G, 3G, 4G et 5G. Les trois premières cumulaient une puissance de 16 029 W. La puissance de la seule 5G atteignait pour sa part 31 600 W, près du double ! Il faut aussi s’intéresser aux mini-antennes, les « spots ». Il y en aura, donc, tous les 100 mètres. (p . 172)

 

Au final, avec ce déploiement, la consommation d’énergie des opérateurs mobiles serait multipliée par 2,5 à 3 fois dans les cinq ans à venir, soit une augmentation de 2% de la consommation électrique du pays, l’équivalent d’un réacteur nucléaire et demi, juste pour la France. (p. 174)

 

La 5G rendrait possible le développement à très grande échelle de la vidéosurveillance et d’associer celle-ci à la reconnaissance faciale… la surveillance permanente de l’espace public, donc la perte de la liberté individuelle. (p. 189)

 

C’est dans ce contexte que quelques illuminés milliardaires (Google, Amazon, Paypal…) souhaitent mettre en orbite près de 50 000 satellites autour de la Terre pour arroser le moindre centimètre carré d’ondes millimétriques (p. 187-189). Pas un être humain, pas un mammifère, pas un oiseau, pas un insecte et pas un brin d’herbe sur terre, quelque soit le lieu de la planète où il se trouve, ne pourra se soustraire à une exposition, 24 heures sur 24 et 365 jours par an, à des niveaux de rayonnement de radiofréquence qui sont des dizaines voire des centaines de fois supérieures à ceux que l’on connait aujourd’hui. Ces plans pour la 5G risquent d’avoir des effets graves et irréversibles sur les être humains et de causer des dommages permanents à tous les écosystèmes terrestres. (p. 208)

 

Et l’électro hypersensibilité ? A l’issue de la « Grenelle des ondes » de 2009, Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, avait mis en place 24 « centres investigateurs » vers lesquels envoyer les pateint.es se disant souffrir des ondes. Les médecins qui y travaillent ne sont néanmoins guère mieux armés que les autres pour répondre à leurs souffrances. (p. 198) Il reste bien sûr le cancérologue Dominique Belpomme, « controversé », le seul qui propose une méthode de dépistage et de traitement. (p. 203)

 

En conclusion, quelques questions : Sommes-nous prêts à servir de cobayes à cette industrie ? Qu’avons-nous à y gagner ? Les risques (sanitaires, écologiques, sociaux) en valent-ils le prix ? Résister à l’achat des objets connectés ? Refuser les derniers gadgets 5G ? Joindre les associations et mouvements contestataires anti-ondes ? S’informer et agir ? Cela suffira-t-il ?